Photo: Jordan Pix/Getty Images

Faire compter les femmes dans les plans et budgets nationaux

Les engagements envers l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ont peu de sens sans une planification et des investissements adaptés pour traduire les promesses en actions. Toutefois, le manque de financement est généralement criant, et les plans nationaux laissent passer des occasions de progresser. ONU Femmes met à disposition ses connaissances et ses outils, et elle encourage le dialogue national afin que les plans et les budgets soient davantage au service des femmes. En 2014, nous avons collaboré avec 73 pays, et nous avons renforcé nos priorités relatives à l’égalité des sexes aux niveaux national et local.

Budgétisation sensible au genre

La budgétisation sensible au genre était méconnue en Jordanie jusqu'à ce que la circulaire budgétaire de 2013 impose à tous les plans et budgets ministériels d'inclure une dimension genre – une nouveauté voulue par ONU Femmes. L'étape suivante fut la mise en œuvre. En étroite collaboration avec la Commission nationale des femmes et le Département du budget général, nous avons contribué à apprendre au personnel des ministères clés à aller de l'avant.

J’avais beau faire le gros des travaux aux champs, on ne m’a jamais considérée comme une agricultrice. Aujourd’hui, être reconnue comme telle est tout un accomplissement.

Azunga Pongan, bénéficiaire d’un projet de budgétisation sensible au genre au village de Chuchuyimpang, Mokokchung, Nagaland

Planification nationale

L'intégration de considérations relatives à l'égalité des sexes dans l'ensemble des plans et programmes nationaux signifie que des services vont atteindre les femmes et répondre à leurs besoins particuliers. En Inde, ONU Femmes a aidé le ministère du Développement rural à insérer des dispositions détaillées dans cinq très importants programmes nationaux d'autonomisation économique, dans des domaines tels que les moyens de subsistance, l'emploi, la protection sociale et le logement dans les zones rurales. Ces programmes couvraient 35 États et territoires de l'union, et ont généré en 2014-2015 près d'un milliard de jours de travail pour les femmes issues des milieux ruraux, et fait en sorte que plus d'un million de logements soient enregistrés au nom de femmes.

« Il faut que les médias, la société civile, les différentes confessions, les établissements d’enseignement et les citoyens ordinaires soient tous indignés pour que le gouvernement soit forcé de faire ce qu’il y a lieu de faire. »

Leonor Briones : Elle défend passionnément le financement public des biens sociaux

Leonor Magtolis Briones a passé sa vie à s'assurer que les deniers publics étaient source de bienfaits publics. Ancienne trésorière nationale des Philippines, aujourd'hui c'est une éminente professeure et la principale organisatrice de Social Watch Philippines.

Sous sa direction, ce groupe est descendu dans la rue, a fait pression sur les parlementaires et a usé de son accès aux lois sur l'information pour découvrir des centaines de millions de dollars de financement électoraliste. Un contrôle efficace veut que ces fonds soient consacrés à des programmes utiles pour le bien commun, par exemple en faveur de meilleurs soins de santé et de l'éducation. 

Mme Briones estime que le budget est l'instrument le plus puissant des Philippines pour affronter ses divers défis. ONU Femmes en convient, ayant appuyé un exercice de budgétisation tenant compte du genre qui a contribué à plus que doubler l'enveloppe budgétaire en faveur des programmes de développement et des programmes pour l'égalité des sexes ; celle-ci est en effet passée de 1,3 milliard de dollars des États-Unis en 2013 à 3,3 milliards de dollars  en 2014.