ONU Femmes/Amy Reggers

Placer l’économie au service des femmes

Les femmes jouent des rôles essentiels pour l’économie ; la présence d’un plus grand nombre de femmes sur le marché de l’emploi accélère la croissance. Cependant, nombre d’entre elles n’arrivent qu’à trouver un travail informel mal payé, qui ne leur permet pas d’être protégées par les lois sociales ni de bénéficier d’avantages sociaux. En 2014, ONU Femmes a aidé 76 pays à faire en sorte que leur économie serve mieux les intérêts des femmes, par exemple en permettant à celles-ci d’acquérir de nouvelles compétences et d’établir des liens avec la technologie ou en concevant des politiques sensibles au genre pour gommer les disparités entre les sexes.

Formations professionnelles

Les femmes cultivent une bonne partie de la nourriture produite dans le monde, mais elles ne bénéficient que de très peu d'aide telle que des services de vulgarisation agricole. ONU Femmes s'est attaquée à ce problème dans la région la plus pauvre d'Albanie en aidant les femmes à s'organiser en coopératives ainsi qu'à acquérir des compétences financières et en matière de leadership afin de gérer ces coopératives. Les femmes y ont appris à améliorer la qualité de leurs produits, notamment par l'adoption de bonnes méthodes de séchage pour les herbes aromatiques et les fruits, et à les commercialiser en utilisant des étiquettes attrayantes. En vendant une plus grande partie de leur récolte, elles ont vu leurs revenus augmenter à un point que beaucoup n'auraient jamais cru possible.

Photo: UN Women/Amy Reggers

Résilience face au changement climatique

Mariée à l'âge de 14 ans, Mahera dépendait de son mari pour rapporter des revenus tirés de la pêche de poissons et de crabes et du ramassage de bois dans les Sunderbans, la plus grande forêt de palétuviers intertidale au monde, qui est très sensible au changement climatique. Son mari n'arrivant jamais à gagner assez d'argent, Mahera a commencé à l'accompagner, confiant alors son bébé à sa mère. Patauger ainsi dans la boue et les racines lui rapportait de profondes entailles aux jambes, mais seulement un revenu complémentaire marginal.

La protection sociale et les services sociaux ne doivent pas seulement viser à rendre l’accès égal, mais ils doivent également être repensés et centrés sur les droits des femmes.

Progrès des femmes dans le monde 2015-2016 : Transformer des économies, réaliser des droits

Protection sociale

La collaboration entre ONU Femmes, l'UNICEF et la Banque mondiale a contribué à améliorer les services de protection sociale pour les femmes dans trois pays des Caraïbes. Lorsque des recherches ciblées ont fourni la preuve évidente que ces services n'atteignaient pas les groupes vulnérables tels que les ménages dirigés par des femmes, Grenade, Saint-Christophe-et-Nevis et Sainte-Lucie ont remanié et adopté des politiques et des lois visant à gommer les disparités. L'élaboration d'instruments visant la pauvreté sensibles au genre est en cours dans ces États afin de mieux diriger les services. Dans ces trois pays, les femmes vont bénéficier d'un meilleur accès à l'emploi et à la formation professionnelle. Les ménages dirigés par des femmes devraient bénéficier de programmes étendus de distribution de repas scolaires et d'allocations de transport pour leurs enfants, et des initiatives en matière d'aide financière apporteront une aide essentielle aux plus pauvres de ces familles.

Mobile power for girl power

Technologie

La technologie est de plus en plus souvent essentielle pour étudier et travailler, mais les femmes et les filles n'y ont pas accès comme les hommes et les garçons. En 2015, ONU Femmes a rejoint l'UNESCO pour soutenir la Semaine d'apprentissage mobile, au cours de laquelle des centaines d'éducatrices/éducateurs et d'expert(e)s du monde entier ont discuté de sujets tels que les moyens de développer les compétences des femmes et des filles en rapport avec Internet et de faciliter leur adoption d'une carrière en lien avec la technologie. Notre collaboration avec Technovation, un programme d'entrepreneuriat technologique mondial qui s'adresse aux filles, soutient des concours dans 25 pays qui mettent en vedette de jeunes femmes très prometteuses comme entrepreneuses dans le domaine des technologies.

Photo: Lianne Milton

« Les femmes doivent comprendre leurs droits », explique Mme Buarque. Après avoir travaillé à l’université, elle a embrassé une carrière politique « pour mener à plus grande échelle les actions qui me passionnaient. »

Cristina Buarque: Elle enseigne les droits et des compétences, et elle touche 100.000 personnes

Lorsque Cristina Buarque a pris ses fonctions pour l'administration de l'État de Pernambuco, au Brésil, en 2007, elle était la seule femme sur 24 secrétaires d'État. Mais cela ne l'a pas dissuadée, en tant que cheffe du Secrétariat aux politiques relatives aux femmes, de lancer un grand programme d'inclusion sociale dont ont depuis bénéficié plus de 100.000 femmes.

Celui-ci leur propose une formation professionnelle, souvent dans des secteurs mieux payés habituellement réservés aux hommes. Des femmes sont devenues plombières, électriciennes ou maçonnes. Les participantes y suivent aussi un cours intensif donné par des formatrices et formateurs féministes sur des questions telles que les droits fondamentaux et la lutte des femmes pour la justice.

Le rapport phare 2015 d'ONU Femmes, Le progrès des femmes dans le monde 2015-2016 : Transformer les économies, réaliser les droits, qui appelle à mettre les économies au service des droits des femmes et de l'égalité des sexes, raconte la réussite de Mme Buarque. La plupart des avantages à en tirer, comme des sociétés plus justes et des économies plus dynamiques, profiteraient à tous, aux femmes et aux hommes. Les dix actions clés comprennent l'égalité de l'accès aux ressources productives et de la participation à la prise de décisions.